Bart Baele
Le Suicide Altruiste
09/11/2012 - 19/01/2013

Condensés d'émotions, peintures d'un écorché vif, la vision du monde de Bart Baele est d'une noire ironie. Derrière la douleur, son art témoigne d'un instinct de survie épaulé par une mise à distance symbolique.
Le centre de gravité de  son travail se situe dans son expérience personnelle. Il pratique une peinture sale à la facture spontanée, laissant ouvertement place aux pulsions enfouies et à la fascination pour tout ce qui touche à la douleur, la blessure. Admiratif des œuvres de Bataille ou d'Artaud, Bart Baele semble continuellement travaillé par des pulsions de mort et une violence intérieure.
On relève certains thèmes récurrents dans ses peintures comme le génocide des Juifs, le suicide (notamment en référence à celui d'un de ses amis), les armes, la scène de théâtre, le traumatisme et la thérapie. Avec des moyens simples et l'utilisation de symboles récurrents comme la croix ou la tête de mort, ses compositions éveillent le questionnement et suscitent l'ouverture des interprétations.
Partout, la douleur est à vif. L'artiste ne se cache pas derrière une belle manière ou des concepts abstraits, il travaille pour extérioriser ses démons. Mais parmi tous ces drames, on peut déceler un appel d'air. Par l'utilisation de symboles, il introduit de la dérision et de la distance dans ses propos. Et l'humour qu'on y décèle parfois, même s'il est noir, est sans doute la condition de sa survie.
 
Extraits de Marie-Jeanne Caprasse « Le Flamand Craquelé »